Bus à supercondensateur : l'autobus hybride arrive à Paris

Bus hybride à supercondensateur

Bus hybride à supercondensateur

La RATP avait déjà reçu un premier bus à supercondensateur en 2009 afin de commencer des tests sur les routes françaises : le MAN Lion's City Hybrid. Début 2012, la RATP a mis en service commercial 3 bus hybrides afin de tester différentes technologies hybrides : 2 bus utilisant une batterie Lithium-Ion et à nouveau le MAN Lion's City Hybrid utilisant des supercondensateurs.

Constatant la forte économie de carburant et la très bonne fiabilité du bus à supercondensateur, la RATP vient de commander 15 autres bus MAN Lion's City Hybrid au constructeur allemand MAN. Cet autobus permet en effet de consommer jusqu'à 30% de carburant en moins par rapport à un bus traditionnel. Le système d’accumulation de l’énergie de freinage dans des supercondensateurs est fiable et conçu pour fonctionner sans entretien pendant toute la durée de vie du véhicule.

Avec une commande de seulement 15 bus hybrides à supercondensateur, la RATP se lance doucement dans cette technologie d'avenir. Le bus MAN Lion's City Hybrid roule déjà dans plusieurs grandes villes d'Europe en Allemagne, Italie, Autriche, Espagne et au Portugal. Mais l'entreprise allemande MAN n'est pas la seule à produire des bus à supercondensateur. La compagnie suisse HESS AG travaille aussi sur des bus et des trolleybus à supercondensateur.

Voici une vidéo datant de janvier 2012 dans laquelle le directeur commercial de Hess AG parle de l'autobus hybride :

Le supercondensateur remplace la batterie from TIP TOP PRODUCTIONS on Vimeo.

Le système de récupération d'énergie au freinage et la fonction Start/Stop permettant d'éteindre le moteur à chaque arrêt et de redémarrer immédiatement grâce aux supercondensateurs, réduisent la consommation de carburant jusqu'à -30%, la quantité de CO2 rejetée dans l'atmosphère de 30%, et réduisent aussi le bruit émis par l'autobus. Le bus hybride à supercondensateur est particulièrement intéressant lorsqu'il effectue des trajets dans les centres villes, car les freinages et démarrages permanents aux arrêts de bus et aux feux rouges permettent d'exploiter pleinement le potentiel des supercondensateurs.

Avec un autobus classique, l’énergie de freinage est transformée en chaleur. Le MAN Lion’s City Hybrid stocke quant à lui cette énergie dans des supercondensateurs et génère de l’énergie motrice destinée à ses deux moteurs de translation électriques. Lorsqu’il s’immobilise à un arrêt, le bus urbain hybride n’émet ainsi aucun gaz d’échappement et redémarre électriquement, pratiquement sans bruit.

Voici une courte vidéo du MAN Lion’s City Hybrid circulant dans Paris :

Source : www.man.eu

1 commentaire

Charlotte 17 février 2015 à 16:15

Bonjour,

Savez-vous qui fournit les supercondensateurs pour ces bus hybrides?

Écrire un commentaire



Quelle est la dernière lettre du mot lszxq ? :