Un supercondensateur en graphène stockant autant qu'une batterie plomb-acide bientôt commercialisé

Graphène pour supercondensateur

Graphène pour supercondensateur

Une équipe d'ingénieurs des matériaux de l'université de Monash en Australie a mis au point un procédé de production de supercondensateurs en graphène qui ont la même densité d'énergie que les batteries plomb-acide qui équipent les voitures. Ces supercapacités atteignent ainsi une densité d'énergie volumique de 60 watts-heure par litre, ce qui est environ 12 fois mieux que les supercondensateurs du commerce.

Mais la prouesse va plus loin, car pour fabriquer ce graphène pour supercondensateurs, les ingénieurs ont fait appel à un processus semblable à celui utilisé pour la fabrication du papier. Avec un tel procédé, les supercondensateurs en graphène à haute densité pourront rapidement être produits de façon industrielle et rentable.

Le professeur Li explique : "Nous avons créé un matériau de graphène macroscopique qui est une étape au-delà de ce qui a été réalisé auparavant. Il est presque au stade de passer du laboratoire au développement commercial".

Des supercondensateurs haute densité à prix abordable

papier graphene supercondensateur

Pour fabriquer ces supercondensateurs de graphène, les ingénieurs de Monash prennent de l'oxyde de graphite qu'ils réduisent en flocons de graphène de bas grade en utilisant une solution d'hydrazine et d'ammoniaque. Ensuite, l'électrolyte et un solvant sont ajoutés au mélange. Comme le mélange sèche, le solvant qui est volatile s'évapore, provoquant une action capillaire qui aspire les flocons de graphène ensemble, avec l'électrolyte coincée entre chacun des flocons. Finalement, les ingénieurs se retrouvent avec quelque chose qui ressemble à une feuille de papier noir composée de millions de couches de graphène, avec un électrolyte porte charge coincé à l'intérieur. L'électrolyte liquide joue alors un double rôle : maintenir une espacement entre les feuillets de graphène et conduire l'électricité.

Les supercondensateurs sont traditionnellement fabriqués à partir de charbon actif, un amas de carbone poreux où l'espace est gaspillé inutilement avec des pores dilatés. Avec une supercap en graphène, la densité est maximale sans compromettre la porosité.

Le supercondensateur en graphène conserve environ 90% de sa capacité après 50 000 cycles de charge / décharge, alors que les batteries Plomb-Acide sont mortes au bout de 400 à 800 recharges (500 à 1000 pour les batteries Lithium-Ion).

Concernant le taux d'autodécharge, ce supercondensateur en graphène créé en laboratoire retient encore 90% de sa charge après 300 heures, alors que le taux d'autodécharge des batteries Plomb-Acide est de 5% par mois (30% par mois pour les piles Ni-MH). Rappelons que les principales causes de l'autodécharge des supercondensateurs sont identifiées. En adaptant le processus de production pour chasser au maximum les traces d'eau et d'oxygène, ce taux d'autodécharge peut donc considérablement diminuer.

Supercondensateur versus batterie Plomb-Acide

Avant de savoir si ces supercondensateurs en graphène remplaceront rapidement les batteries Plomb de nos voitures, il faudra en connaître le prix de vente final. Car si les batteries Plomb peu performantes équipent actuellement les voitures, c'est parce que la batterie Plomb-Acide est une vieille technologie amortie depuis longtemps et qui coûte très peu cher. Mais grâce à la forte puissance et la capacité des supercondensateurs à supporter un très grand nombre de cycles de recharge, il n'y a pas besoin d'y stocker autant d'électricité pour permettre le démarrage des voitures et de leurs équipements. Le supercondensateur qui équipera donc les voitures en remplacement des batteries Plomb pourra donc être plus petit.

supercondensateur mazda

Système de récupération d'énergie du freinage Mazda avec supercondensateur

Déjà, certains camions parcourant les contrées très froides du Nord Canada sont équipés de supercondensateurs à la place de batteries Plomb. Les supercondensateurs supportent mieux les températures très basses que les batteries et permettent donc aux camions de démarrer au quart de tour. De plus en plus de voitures sont par ailleurs équipées de supercondensateurs pour gérer le système Start-Stop qui économise du carburant en permettant d'éteindre le moteur à chaque feu rouge et en permettant un redémarrage instantané.

Le potentiel du supercondensateur en graphène va cependant beaucoup plus loin. Il pourrait être utilisé comme batterie pour le photovoltaïque à la maison ou pour des zones pavillonnaires. Les énergies renouvelables qui produisent une énergie intermittente ont en effet besoin de batteries supportant un grand nombre de cycles de recharge pour stocker l'électricité. Mais le supercondensateur deviendra le Graal lorsqu'il obtiendra une densité d'énergie suffisamment importante pour alimenter les voitures électriques. Il sera alors possible de faire le plein de sa voiture électrique en une ou deux minutes, de quoi imposer définitivement la voiture électrique face aux véhicules thermiques si polluants.

Le supercondensateur en graphène détrônera sans doute les batteries

graphene scotch

Le graphène a été découvert très récemment en 2004. Cette feuille composée uniquement de carbone et ayant l'épaisseur d'un atome de carbone est incroyablement légère et possède une excellente conductivité électrique. Ces caractéristiques remarquables en font un matériau de choix pour la conception de supercondensateurs à haute densité.

De nombreuses équipes de chercheurs à travers le monde travaillent activement pour créer du graphène plus facilement et pour en faire baisser le prix de production. L'équipe d'ingénieurs de l'université de Monash a donc réussi à développer une méthode de production très rentable de supercondensateurs à base de graphène.

En 2012, des chercheurs de l'UCLA (Université de Californie Los-Angeles) avaient déjà créé un exploit en réussissant à produire des électrodes de supercondensateur en graphène en utilisant un simple graveur de DVD vendu dans le commerce.

Nano-bille de graphène 3D

Nano-bille de graphène 3D

En juillet 2013, des chercheurs coréens de l'Ulsan National Institute of Science and Technology (UNIST) ont développé une nouvelle méthode pour synthétiser massivement des nano-billes de graphène 3D permettant de créer un matériau mésoporeux amélioré et abordable pour les supercondensateurs. Ce procédé permet de synthétiser des nano-réseaux de graphène en trois dimensions (3-D GN) qui peuvent être produit en masse tout en conservant les excellentes propriétés du graphène 2D.

En ce mois d'août 2013, des chercheurs de la Michigan Technological University ont annoncé avoir développé également du graphène 3D qui peut être utilisé pour remplacer le platine utilisé dans les cellules solaires à colorant (DSSC) permettant de faire du film photovoltaïque organique. Ce nouveau matériau n'est pas cher et facile à fabriquer. L'étude ne dit pas si cette façon de produire du graphène 3D pourrait servir dans la conception de supercondensateurs, mais démontre la montée en puissance du graphène dans les produits technologiques.

En août 2013 toujours, des chercheurs de l'Institut royal de technologie KTH en Suède ont annoncé avoir développé une technologie simple et mature pour l'impression par jet d'encre de graphène. Cette technique pourrait notamment servir pour la création d'électronique flexible. Les micro-supercondensateurs flexibles existent déjà et pourront alors servir de système d'alimentation pour l'électronique souple.

D'autres chercheurs ont réussi à créer des supercondensateurs avec une densité d'énergie exceptionnelle et rivalisant même avec les batteries Lithium-Ion. Mais si les recherches sur les supercondensateurs avancent très vite, les supercondensateurs créés en laboratoire ne sont pas tous industrialisables. Les supercondensateurs en graphène de Monash sont industrialisables et pour un prix abordable.

Décidément, la révolution des supercondensateurs est pour bientôt !




Voici une vidéo ludique présentant les capacités exceptionnelles du graphène :


Une autre vidéo plus détaillée sur ce matériau du futur :



Mise à jour de janvier 2014 : La Chine vient d'achever sa première ligne de production de supercondensateurs en graphène.

Sources : extremetech.com, kurzweilai.net

23 commentaires

Philippe 23 août 2013 à 18:52

Vous comparer le taux d'autodecharge de manière différent entre les baterie plomb-acide et les supercondensateur si on parle de 5% par mois pour les baterie plomb nous devrions parler de 25% par mois dans le cas des supercondensateur

supercondensateur.com 24 août 2013 à 09:24

@Philippe :

Bonjour,

Ce n'est pas une confusion. Nous avons donné les informations publiées par l'équipe d'ingénieurs de Monash.

Il n'est pas possible de calculer un taux d'autodécharge par mois à partir d'un taux d'autodécharge sur 300 heures. Le phénomène d'autodécharge n'est pas linéaire et a tendance à diminuer de plus en plus au fur et à mesure de la décharge du supercondensateur.

Cordialement.

Raptor 28 août 2013 à 20:18

Bonjour,

Il n'y a pas a tortiller,l'avenir du tout électrique sera incontournable.

J'en ai parlé a mon entourage,ils restent a tort fort sceptiques.

L'énergie photovoltaique couplée aux supercondensateurs à des prix abordables sonnera le glas de la fin du nucléaire,et de la consommation des énergies fossiles à court et moyen terme.

Ce n'est pas un euphémisme de dire que la planète a grandement besoin de cette révolution qui se profile.

Cordialement.

supercondensateur.com 29 août 2013 à 08:23

@Raptor :

Bonjour Raptor,

Oui, les gens sont toujours sceptiques à propos de l'énergie solaire, mais la révolution photovoltaïque sera une évidence pour tout le monde dans quelques petites années et vos amis seront alors bien obligés de vous donner raison.

Les batteries et les supercondensateurs évoluent aussi, mais les supercondensateurs s'améliorent plus vite que les batteries. Il est de plus en plus évident que les supercondensateurs seront à l'avenir un composant majeur du mix énergétique, mais il est encore difficile de savoir quand cette technologie va s'imposer vraiment.

Les américains et les chinois sont ceux qui misent le plus sur les supercondensateurs à l'heure actuelle.

Merci donc de parler des supercondensateurs à votre entourage. Plus il y aura de gens à attendre cette technologie, plus les industriels auront envie de s'y pencher. Il faut rattraper notre retard et si possible devenir précurseurs dans cette technologie du futur...

Alain 20 septembre 2013 à 21:36

Ne vous faites pas d'illusions : le pétrole rapporte tellement de fric aux producteurs, aux raffineurs et a l'Etat qu'ils chercheront par tous les moyens à nous empêcher de passer aux énergies autres que leur cher pétrole et leur chère électricité. Jadis j'ai roulé au diesel en versant de l'huile de friture, je faisait des économies (symboliques) mais je me suis bien amusé avec l'odeur de frites, aujourd'hui j'ai posé des panneaux photovoltaiques, je m'eclaire gratos, je vais poursuivre mon investissement pour alimenter l'ordi et la télé, plus tard le frigo et j'enverrai paitre EDF. Malgre le prix des batteries je fais un investissement très rentable. N'attendez plus, faites comme moi ! Je suis électronicien, ce sera un plaisir d'aider mes compatriotes.

michel 24 octobre 2013 à 16:55

je ne comprends pas une chose
comment est-il possible de collecter les charges à une telle échelle?
des millions de couches dans l'épaisseur d'une feuille de papier, chaque couche devant être reliée à un des dipôles du condensateur

Spicymix 05 novembre 2013 à 16:27

@ Alain : cela ne nous concerne pas les profits des producteurs de pétrole, quant à l'Etat, il saura déployer ses taxes sur l'energie la plus en vogue.
Vive le tout electrique (sans déchets nucléaires)

jean 16 novembre 2013 à 10:51

je m'adresse à Alain J'habite 6 mois par an sur un bateau que j'ai rendu autonome en électricité( réfrigerateur,recharge de 2 vélos électrique, television 4h jour, éclairage leed, avec 2 panneaux orientables et 4 batteries GEL capacitée de 500 ampères. J'ai des questions à lui poser merci

supercondensateur.com 16 novembre 2013 à 14:48

@jean :
Bonjour,
J'ai informé Alain de votre demande. Bravo pour votre façon de vivre, et vivement l'autonomie électrique pour tous...

Alain 16 novembre 2013 à 19:02

Bonjour Jean

J'ai une longue expérience en électronique "je suis tombé dedans quand j'étais petit", depuis des années j'ai fait pas de montages divers et variés, qui m'ont laissé une expérience utile.

Les technologies nouvelles me passionnent, Je fus un pionnier de la réception satellite en France dès 1984, maintenant je me recycle dans l'éclairage LED et l'énergie gratuite "au frais du soleil".

J'ai récemment acheté quelques supercondensateurs pour faire connaissance, hélas ils m'attendent à Paris et je me trouve à 8 heures d'avion de la capitale, je ne sais pas encore quand je pourrai les tester. Le materiel, excepté les batteries, a toujours été acheté via e-Bay principalement en Allemagne.

J'ai réalisé deux petites installations solaires photovoltaiques dont les résultats sont encourageants. La première sert à éclairer les deux pieces au 1er étage d'une maison, la 2e installation sert à pallier aux innombrables coupures de courant dont souffrent des amis qui habitent au coeur d'une grande ville africaine.

La 1ere installation a servi de banc d'essai, elle fonctionne en 24 volts avec 6 petits panneaux solaires totalisant 260 watts, un convertisseur fournit 220 volts 300 watts "faux sinus" et un autre convertisseur fournit 220 volts vrai sinus sous 700 watts, il a résisté à un mini four consommamt entre 500 et 1000 watts. Les 16 spots Led totalisent 55 watts. ils sont alimentés sous 12 volts à partir d'une petite alimentation industrielle 12 volts 10 ampères, elle-même alimentée soit sur le reseau local 220 volts soit sur le convertisseur 24 / 220. L'installation fonctionne sans soucis depuis deux ans.

La 2e installation répond à une demande précise d'un resident qui se plaint de coupures quotidiennes du réseau secteur local (entre 10 minutes et...3 jours !). Cette fois tout a été realisé en 12 volts pour éviter le passage par une conversion pour les spots. Les tests qvec un petit convertisseur "sinus modifié" ont permis d'alimenter un ventilateur, un téléviseur sans soucis. Le fort ensoleillement quasi permanent maintient la batterie bien chargée, il reste à la tester 3 jours avec éclairage et téléviseur.

Il convient de noter que le prix des panneaux solaires est inférieur à UN euro par watt a fin 2013, ce sont les batteries et de loin qui pèsent le plus lourd dans le budget.

Le solaire photovoltaique comporte plusieurs niveaux :
voici l'investissement minimum que je preconise :

1) éclairage
le plus facile; très peu couteux, tres simple à mettre en route, à installer sans hésitation:
Monter exclusivement des LEDs sinon je ne vois pas l'intérêt.
matériel de base : 50 watts de panneaux, batterie 12 volts 100 Ah, pas besoin de convertisseur

2) audio-visuel
demande un peu plus d'investissement, des panneaux en plus, des batteries en plus, un convertisseur 12V / 220 v (ou 24 volts / 220 volts) puissance 300 watts minimum, quel bonheur de regarder la télé ou surfer sur le net avec une énergie gratuite !
minimum 100 watts de panneaux, 12V x 80 Ah de batteries (une batterie 80 Ah en version 12 volts, deux batteries 40 Ah en version 24 volts)

3) réfrigérateur et appareils plus "gourmands"
c'est plus lourd mais toujours accessible sans casser sa tirelire.
strict minimum 200 wats / heure de panneaux, 12 volts déconseille en fixe, 2 batteries 180 Ah au moins, un convertisseur 700 watts capable de résister au fort courant de démarrage du réfrigerateur.

4) climatisation
L'usage d'un climatiseur est couteux en utilisation nocturne car il faut emmagasiner l'énergie électrique le jour:
En revanche une utilisation diurne en plein soleil est envisageable même avec peu de batteries, pourvu que les panneaux fournissent l'energie necessaire aux climatiseur, de 1000 à 3000 watts par heure.

Une batterie suffit pour les brèves périodes nuageuses de la journee, le système dans sa version simplifiée ne fonctionnera que le jour. Pour une clim uniquement de jour en plein soleil, il faut 1500 wats / 150 = 10 metres carres de panneaux

Utilisation nuit et jour :
En comptant sur 9 heures d'ensoleillement par jour il faudra tripler la surface des panneaux et monter des batteries consequentes pour un usage 24/24.

Exemple : pour alimenter un climatiseur 1500 watts heure, il faudrait compter sur une consommation de 1500 x 24 = 36 kilowatts par jour, soit des panneaux produisant 36 / 9 = 4 kilowatts par heure, à raison de 150 watts produits par mètre carre on arrive à 27 metres carres.

Le chauffage est difficilement réalisable a partir de panneaux photovoltaiques en raison du mondre rendement des panneaux en hiver par temps couvert et de la forte demande energetique.

Stockage de l'energie

Eviter les batteries au plomb type automobile peu couteuses mais peu fiables et pesantes, leur durée de vie est insuffisante, entre 2 et 4 ans en moyenne

Les batteries gel-cel largement utilisées dans les alarmes, centrales telephoniques et installation solaires sont plus couteuses mais garanties 10 ans, c'est deja beaucoup mieux.

Batteries NiMh pas d'experience

Batteries Li-Ion semblent interessantes pour leur bien plus faible volume et poids

Supercondensateurs : pas encore d'expérience mais semblent extrêmement prometteurs. Ils supportent un très grand nombre de charges et décharges, une charge rapide est possible = quelques secondes (si la source peut fournir le courant nécessaire).

Attention cependant : contrairement aux batteries traditionnelles dont les élements ont une f.e.m. de 1,2 ou 1,5 ou 2 volts, les supercondensateurs se comportent comme des condensateurs, si on leur applique 0,5 volts ils se chargent a 0,5 volts, si on applique 1,8 volts ils se chargent a 1,8 volts.... leur tension de sortie n'est pas stable, car elle baisse progressivement durant la decharge.

J'attends vos questions et espère pouvoir vous aider dans la mesure de mes expériences.


AP

Claude Payette 04 décembre 2013 à 19:04

J'aimerais ici que l'on souligne le fait que contrairement à une batterie dont la courbe de tension de décharge restera très linaire tout le long de sa décharge. Par exemple, une batterie de 12 volts déchargé de 10% n'aura pas perdue 10 % de sa tension. Alors qu'un condensateur à une courbe linière à son déchargement (comprendre IT/C=V). Ce qui veut dire qu'un interface entre le supercondensateur et l'appareil électronique est indispensable afin de maintenir une même tension au circuit alimenté. Par exemple, un ondulateur 12 V/120 V va fonctionner jusqu'à 10,5 volts environ. Un condensateur chargé à 10,5 volts à encore beaucoup d'énergie (It/C=V), c'est un énorme gaspillage. C'est comme avoir un réservoir d'essence dont on ne se sert que du premier quart de celui-ci.

Aussi, ces nouveaux supercondensateurs vont-ils avoir une tension plus élevé que le 2,7 volts ? Pour avoir des montages avec plus de tension il faut mettre des condensateurs en série avec supervision de la tension entre chacun d'eux. Aussi, qui dit condensateur en série, dit perte de capacité en Farad C total = 1/(1/C1+1/C2.....) Exemple, la valeur total de deux condensateur de 300 Farads en série ne sera que de 150 Farad. On gagne en voltage mes perds en Farad.

Personnellement, j'ai commandé deux supercondensateurs de 350 Farads. J'ai hâte de faire des expériences avec ceux-ci.

C.Payette

supercondensateur.com 04 décembre 2013 à 23:37

@Claude Payette :
Bonjour Claude,

Vous avez raison, les supercondensateurs ont des avantages, mais aussi des inconvénients par rapport aux batteries.

Il apparaît clairement que les supercondensateurs sont naturellement plus efficaces pour alimenter des appareils à faible consommation de courant. Mais heureusement il y a des solutions pour exploiter plus efficacement les supercondensateurs dans les cas nécessitant une tension plus élevée.

Il faut alors monter les supercondensateurs en série et utiliser un circuit d'équilibrage (actif ou passif) afin de répartir équitablement la tension sur chaque cellule.
Pour éviter de "gaspiller" l'énergie disponible dans le module de supercondensateurs, il est possible d'utiliser un convertisseur DC-DC (convertisseur Boost ou Buck-Boost) qui convertit une tension continue en une autre tension continue de plus faible ou plus grande valeur.

Voir la vidéo dans l'article Module de démarrage moteur Maxwell ESM : fini les pannes !

Voir aussi le haut-parleur bluetooth Hélium alimenté par supercondensateur qui est un projet open source et donc dont les schémas et les plans vont être mis à disposition.

Sachez enfin que parmi les nouveaux supercondensateurs en développement, certains atteignent une tension de 4 volts.

N'hésitez pas à nous faire part de vos expériences avec les supercondensateurs. Soit en laissant un commentaire, soit en nous proposant un article si jamais vous souhaitez partager vos expérimentations avec le plus grand nombre.

Si plusieurs personnes sont intéressées pour partager leurs expériences, nous proposerons sans doute un forum sur les supercondensateurs.

beruberu 18 mars 2014 à 17:59

Supercondensateur comparable aux batteries aux plombs en terme de densité d'énergie volumique, mais si l'on s'intéresse à la densité d'énergie massique c'est au moins un facteur 5 (densité du plomb oblige) meilleur que le plomb.
Le procédé de fabrication du graphène présenté ici ne semble pas trop complexe à mettre en oeuvre (quoique l'hydrazine ne soit pas des plus simples à manipuler). Par contre ce qui pourrait être problématique pour le prix est l'utilisation de liquide ionique (EMI-BF4 dans le cas présent) qui pour l'instant coûte une fortune (espérons en partie car pas fabriqué à une échelle industrielle).

Par contre je ne suis pas convaincu par le fait que les supercondensateurs aient vocation à supplanter les batteries comme le suggère cet article.
De mon point de vue, chacun à un rôle bien spécifique à jouer. Pour les véhicules électriques on peut envisager, d'ici une dizaine d'année, d'avoir une partie (disons de quoi effectuer un trajet quotidien soit de l'ordre de la cinquantaine de km) de l'énergie stockée dans des supercondensateurs que l'on pourrait recharger en quelques minutes et en plus avoir un système à très haute densité d'énergie (au moins 500 Wh/kg), mais avec une contrainte beaucoup plus faible sur la densité de puissance, qui serait soit rechargeable en plusieurs heures, soit facilement recyclable, afin d'apporter une autonomie identique à nos véhicules actuels.
Pour les systèmes "smart-grid" là encore la combinaison supercondensateurs, batteries et/ou piles à combustibles permettrait à la fois d'absorber les pics de puissances et de stocker des quantités substantielles d'électricité.

gedo 20 mars 2014 à 18:46

deux réflexions basées sur de petits calculs simples:
une petite batterie auto de 70 Ah représente 70Ax3600s soit 252000 Coulombs
le super condensateur équivalent en 24 V devrait avoir une capacité de 252000/24 soit 10500 Farads,
sauf erreur, on est encore très loin d'obtenir de telles valeurs, si on les obtient jamais un jour....
le poids de carbone pour obtenir une telle quantité , d'après mes calculs avoisine les 30kg pour remplacer une simple petite batterie
Attention à ne pas s'emballer trop vite avec cette technologie prometteuse certes mais pour paraphraser une belle formule c'est une technologie d'avenir ...et qui le restera

Régis 07 avril 2014 à 14:43

Les derniers développements semblent en effet bien prometteurs.
Néanmoins, je trouve que pour un développement durable il faut TOUJOURS prendre en compte la ressource.
En tenant compte de la production et des stocks actuels (production qui augmentera certainement si développement des supercondensateurs) la fin du graphite est annoncée pour 2062 (source planetoscope).
A mon avis, il faudra restreindre cette technologie à certains transports en commun.

henri 20 avril 2014 à 04:10

salut, faut pas rêver
quand on calcule on s’aperçoit vite de l'impossibilité

le photo-voltaïque ne produira jamais suffisamment
pour la bonne et simple raisons que même si on équipait la totalité de la surface de la terre avec des panneaux qui auraient un rendement de 100% la production serait inférieure à la dépense énergétique globale actuelle.
Chaque année on brûle entre 15 et 17 millions d’années de photosynthèse organique avec les carburants fossiles ( à méditer ... ). A ceci vous rajoutez le nucléaire 10/15%, les énergies renouvelables (2-3% dont 98% d’hydroélectrique).
Pour les adeptes du nucléaire, pour fournir la consommation actuelle d’énergie, toutes les réserves planétaires d'uranium et de thorium ne pourraient fournir au mieux 20 ans de consommation actuelle.
Quand on voit les catastrophes à répétition et les coûts d’énergie grise pour les infrastructures, exploitations minières et le coût de stockage (refroidissement etc voir catastrophe de Maïak), on peut se demander si le nucléaire ne consomme globalement pas plus qu'il produit...

Quand aux adeptes de la décroissance, même a 2 milliards en consommant 10x moins d’énergie qu'un occidentaux ou 3 fois moins q'un asiatique moyen on serait encore bien au delà des capacités de production terrestre en renouvelable.
Avec la fin du fossile et du fissible d'ici 100 à 150 ans au mieux, l'homme va vivre un retour brutal à l’âge de pierre avec un héritage nucléaire ingérable (sans énergie et technologie).

Erix le belge 21 mai 2014 à 16:53

@ Henri
Je pense plutôt qu'une surface de max 1000 km sur 1000 km serait largement suffisante.
http://www.ddmagazine.com/314-combien-panneaux-solaires-energie-monde.html

Fafapiti 12 juin 2014 à 00:12

Ia ora na
https://www.facebook.com/fafapiti.charter?ref=tn_tnmn
Je monte une propulsion électrique sur mon bateau (voir fb)
Les parties moteur et électronique de puissance sont résolues :SYS10 de chez Piktronik
La recharge des batteries s'effectuent quand le bateau marche à la voile et fait tourner le moteur via l’hélice. Les deux composants (moteur/controler) fonctionnent avec une efficacité d'environ 80%, cela est vrai à la fois pour le mode d'entraînement et le mode de récupération d'énergie. Notre ingénieur a fait un calcul approximatif, basé sur vos données, vos besoins et les capacités de notre système de 6.5kW.
Selon ce calcul, vous auriez à fournir de l'énergie mécanique de 2,2 kW à l'hélice. En naviguant pendant 1 heure pour charger les batteries, vous avez assez d'énergie pour 10 minutes de propulsion moteurs à pleine charge (Dans la pratique, les régimes moteurs seront, au maximum, en mi-régime en mode propulsion. Cad, 2*20mn (2 moteurs) pour une heure de charge à la voile avec un moteur de 6kw. J'ai décide, sur leur conseil d'installer des 10kw, non pas pour aller plus vite mais pour avoir un potentiel de charge à la voile supérieure).

Avec ces moteurs, je tourne au max à 7200w, 30V,
J'ai besoin de 2h running: 7200/30*2hrs=480Ah
480*1.2=576Ah (spare capacity)
Est ce correct de dire qu'il faut 600Ah and 30v
Pour le poids, les ultracapacitor sont supers. faut il un mixte LiFePo4 / ultacapacitor?
Ou puis-je les acheter ?
La partie électrique n'est pas ma spécialité, je vs demande de l'indulgence
merci et bonne journée

Jacques Testsert 22 juin 2014 à 21:15

Autre voie prometteuse propre, légère, vite rechargée, recyclable ?
- http://www.rtflash.fr/nouvelle-batterie-double-carbone-deux-fois-plus-performante-et-propre/article

gharbi 19 août 2014 à 16:13

bonjour monsieur Testsert

Ou en êtes vous de vos recherches
Je cherche a équiper un lagoon 500 en propulsion électrique et j'aimerai savoir si vous avez trouvé vos ultracapacitors et si vous avez résolu le probleme de mixitée avec les batteries.

Laurent 11 mai 2016 à 19:04

Bonjour à toutes et tous,
Question à Claude Payette ( ou si quelqu'un peut répondre) :
Je me rappelle vaguement d'un cours de technologie ( il y a 32 ans de ça...), où l'o m'expliquait que dans un cricuit de régulation de tension classique, genre avec un Ballast 2N3055, la capacité équivalente en sorite ( entre émetteur (+) et - était électroniquement équivalente à la capacité du condensateur entre base et (-), multipliée par le gain "béta" du transistor . Une formule du genre Céq= C*BétaTrans.
Ceci est-il vrai et applicable pour ces super condensateurs, afin de pallier éventuellement à la perte de capacité par couplage série?
Mon prof appelait ça " une capacité électronique".
Etait-il fou ou utopiste, ou y a-r-il matière à creuser?

Amicalement,

Laurent.

Jack Teste-Sert 03 mars 2017 à 09:29

En mars 2017, le graphène progresse pour les batteries : - http://www.rtflash.fr/batterie-revolutionnaire-qui-se-recharge-en-quelques-secondes/article

Alexis 30 mars 2017 à 12:52

Bonjour,
Je m'adresse à Alain et à Jean.
Jean: moi aussi, je m’apprête à vivre sur un bateau et la question d'énergie est fondamentale. Combien de batteries as tu en série ou en parallèle? Poids total? Energie fournie? Panneaux solaires? Quelle surface? Merci!

A Alain: Il y a aussi une question de poids et de volume: mon bateau est un trimaran et hors de question de massacrer sa capacité de vitesse. Mon choix se fera donc, aussi en fonction de ces deux données. J'ai peu de place et je veux un poids minimum.
Par contre j'ai une capacité de surface "panneaux solaires (amovibles)" assez conséquente entre les coques.

A votre avis, dois-je favoriser la surface "solaire" (consommation "tendue") où la capacité de charge batterie (conso latente)?

Écrire un commentaire



Quelle est la dernière lettre du mot ebllp ? :